Mes priorités pour la législature

 « La politique ne peut plus promettre des lendemains qui chantent et repousser toujours la résolution des problèmes du quotidien » Jean-Pierre Raffarin

Vevey est bénie des Dieux. Elle possède des atouts considérables à maints égards, qui la rendent unique, connue et enviée en Suisse et au-delà. C’est d’ailleurs sur un coup de cœur que j’ai décidé il y a de nombreuses années déjà de m’y établir et d’y construire ma vie, un choix dont je me félicite chaque jour.

Aujourd’hui à mes yeux, les atouts de Vevey ne sont pas mis en valeur comme ils devraient l’être et son potentiel n’est pas pleinement exploité.

Et si l’on procède à un état des lieux objectif de sa situation actuelle, le constat ne peut être qu’alarmant pour tout responsable politique qui veut inscrire son action dans une perspective longue. Les finances communales sont sur le point de devenir hors contrôle, les entrepreneurs et les commerçants ne se sentent pas suffisamment entendus et craignent une perte d’attractivité durable du site économique, le sentiment d’insécurité et les incivilités se développent de manière inquiétante au sein de la population et les liens sociaux se distendent. De manière rampante mais réelle, nous avons tous l’impression désagréable que notre environnement de vie se détériore peu à peu, que notre qualité de vie baisse et que la Cité perd en énergie.

Ce constat, je le fais en forçant un peu ma nature optimiste, et c’est pour apporter ma contribution à un renouveau veveysan que j’ai décidé de reprendre mon engagement politique.

Pour agir de manière responsable, il me paraît absolument indispensable d’identifier sans aucun tabou et sans lunettes idéologiques les problèmes auxquels Vevey est confrontée si l’on veut leur apporter des solutions efficaces et durables.

Sur la base de ces considérations, comme Municipal, je défendrais au sein du collège les trois priorités suivantes :

  1. Assainir les finances

Vevey vit au-dessus de ses moyens, à crédit, depuis trop longtemps, et l’évolution régulière du taux d’endettement est plus que préoccupante. Il est à la fois injuste et irresponsable de transmettre ce fardeau aux générations futures. La Municipalité et le Conseil communal devront durant la prochaine législature saisir à bras le corps ce problème en lui apportant ses propres solutions si l’on ne veut pas que des solutions nous soient un jour ou l’autre imposées par des autorités cantonales de tutelle. Je suis convaincu que la population est prête à faire sien cet objectif si les considérants lui sont exposés de manière objective.

  1. Revitaliser la vie économique

Nous avons la grande chance d’avoir sur notre commune Nestlé dont l’apport économique et fiscal pour Vevey et toute la région est souvent méconnue. Nous devons en être fiers. Mais comme Municipal, mon attention se dirigera en premier lieu vers les responsables des PME et vers les commerçants veveysans qui fournissent de l’emploi et créent notre richesse ; ils ne trouvent pas toujours l’écoute qu’ils sont en droit d’attendre devant leurs requêtes fondées et légitimes (heures d’ouverture des commerces notamment). J’entends donc renforcer la confiance mutuelle et développer une collaboration bien comprise entre les autorités politiques et les acteurs économiques. Il s’agit donc de développer le partenariat public-privé partout où c’est possible et souhaitable.

  1. Créer du lien social

Une société qui voit croître un sentiment d’insécurité se referme sur elle-même et les liens sociaux en pâtissent. Il est donc nécessaire de mettre en place, sans réserve idéologique et avec pragmatisme, les mesures qui ont déjà fait leur preuve ailleurs, pour renforcer la sûreté au quotidien (vidéo-sécurité par exemple).

Nous aurons bientôt le bonheur de vivre l’expérience magnifique de la Fête des vignerons qui arrive à souder l’ensemble de la population. Il faut s’en inspirer. La culture et la fête sont des ciments sociaux forts, et si j’entends poursuivre la politique actuelle, il me paraît toutefois judicieux d’attribuer davantage que jusqu’ici l’aide publique aux manifestations destinées aux habitants de Vevey. A mes yeux, la politique culturelle ne doit pas viser prioritairement l’attractivité touristique de Vevey – la région dispose de structures adéquates pour ce faire -, mais satisfaire les attentes de ses habitants, et leur donner surtout des occasions plus nombreuses de nourrir leur sentiment d’appartenance.